♪ De…Dit…Dont…Du…DA! ♪

Ecrire un livre….mais bien sûr…la chose paraît aisé, devant la somme de choses qu’on a, à dévoiler ?
> Dommage que la plupart s’arrêtent à la dédicace…car c’est justement là où l’on se rend compte que l’honorable destinataire n’en n’appréciera probablement pas toute la révérence attendue !
DONC, évitez toute dédicace et attaquez la première page….Souvent, d’un sel trait de plume, elle est rédigée…l’écueil, est aussi, souvent cette première page, qui tombe comme une fiction de ce que vous aviez en tête > le décor est planté ! (et le livre aussi!)😀
[Un bon livre reste l’esprit d’un vagabond qui cherche son chemin vers le but d’un épilogue parfait {JMC}]
J’ajouterais, au hasard d’ un début de conclusion >
~~Pour débuter (et les débutants) -Commencez donc par la fin -càd: supposer un épilogue, et votre livre méritera sa première page – les # chapitres ne seront plus q’une balade, plus ou moins délicate de surprises attrayantes et de bon sens ? (ou de sentiments, pour un roman d’Amours…)🙂

Le ciel de Leyenda

will-rogers

Les débutants qui envoient un exemplaire de leur premier livre à de glorieux aînés ou à d’illustres critiques voudraient, en quelques lignes définitives, affirmer leurs sentiments de déférence à l’égard des destinataires. Après avoir longuement médité, ils adoptent, faute de mieux, la formule banale où il est question d’hommage et d’admiration. C’est tout, c’est peu.

Un humoriste américain, Will Rogers, s’est mis en tête de renouveler le genre. Voici quelques-unes des dédicaces dont il a orné la page de garde de son dernier ouvrage :

Ne jugez pas ce livre d’après l’écriture de l’auteur. Je connais des tas de bons auteurs qui ne savent même pas écrire.

Ne cessez pas de lire quand vous aurez achevé ce feuillet. Le livre devient bien meilleur par la suite : le reste des pages est imprimé.

C’est moi qui ai écrit le livre, mais ce n’est pas moi qui l’ai…

View original post 99 mots de plus

Commentaires sur: "Dédicaces originales" (1)

  1. jmcideas a dit:

    Un initiatique parcours de notre cher auteur ‘en herbe’ qui se confirme assurément: « Yvan MAGAUD »
    Dans ‘Les feuillets d’un fantôme’ il nous suspend jusqu’aux dernières pages, qui terminent tant de péripéties d’aventures dans un univers imaginaire: Sa spécialité, des plus dépaysante.
    Une oeuvre, à renouveler,s’il peut encore dépasser ses limites après ses débuts ‘Aqua -un royaume sous-marin’ !
    L’imaginaire est source d’évasion et de relax, hors du temps

    Merci à lui. (malgré ses incertitudes de grammaires)

    Editions: EdiLivres.com (2007) & Durand -Peryrolles (2011)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :