♪ De…Dit…Dont…Du…DA! ♪

Récits nautiques

 » Rien n’est moins grave, qu’une fin heureuse  » [JMC]
L’ABERWRAC’H

Souvenirs ancrés,
BIG merci, à mon instructeur rencontré au bar des plus célèbres « O. de Kersauson & F.Arthaud » au port du Moulin Blanc-BREST-
(A noter: il buvait 2 cartons de vin rouge par jour..but no PB about…)
Je lui dois tout: De m’avoir appris à naviguer et le reste (tracer ma route, réglage de voiles, # règles de sécurité, etc..)
et mon amarinage (dixit: mon terrible mal de mer qui l’obligea à faire escale à Camaret) sans omettre la panne moteur en route, pour laquelle il aspira à la bouche, un bouchon de fibres bloquant l’alimentation gas-oil !

Donc, à l’AberWrac’h, (par obéissance à ses précieux conseils), nous avons aligné le petit pot de beurre et le gros.
A marée basse le spectacle fut impressionnant: Comment avons-nous pu passer parmi tous ces rochers dangereux et découvrant ?!
D’autant plus que la bouée d’atterrissage « Libenter » avait dévissé..’terme d’une balise hors place’
J’ai retenu, pour toujours, le mode de béquillage tranquille au port (les bons fonds sont essentiels)
et le bout pris dans l’hélice qu’il a su démêler, après moult plongées (d’où un bon couteau à bord)
et la navigation de sortie en plein brouillage épais (savoir utiliser la corne de brume)
et un amarrage correct -de poupe, de proue, de pointe-, dans la rivière des Lézardrieux (courant de 4 noeuds)
et le passage du ‘Raz Blanchard’, au bon moment! (un challenge qu’on apprécie après le jusant)
et l’apprentissage des feux côtiers pour se réfugier à Grand-Camp-Maisy et ailleurs…(soient les ‘basses’-terme ancestral-)
etc, etc, etc..
Objectif réussi: BREST > LE HAVRE (avec escales dans tous les ports Bretons et de baie de Seine)

A TOI, & à jamais, humble SALUT!
———————————————————————————————

BAIE DE SOMME

Le soir est propice aux rencontres…dans l’estuaire de la baie de somme il n’est pas aisé de définir l’embouquement
Justement, notre arrivée tardive nous en a rapidement fait comprendre la difficulté
Sur bâbord, de grands signaux d’un naufragé, échoué, nous ont indiqué une première marque d’approche à éviter
Plus avant sur tribord, une autre embarcation apparut ensablée, par conséquent le lis du chenal ne correspondait plus du tout au balisage!
et encore un voilier enlisé, et encore un autre…
Bien sûr, le balisage du chenal particulièrement sinueux sur plusieurs Kms est, et reste toujours sujet à modification, en raison du déplacement des bancs de sable
Par bonheur, une aide inattendue nous est venue d’un navire de pêche, que nous avons suivi, en négligeant complètement le parcours défini !
Tantôt hors des marques, tantôt dans les marques…..
Incroyable, à notre grande surprise, le trajet se révélât être presque la route la plus droite!

Rappel: toute confiance à suivre un autre navire doit être évitée! (tirant d’eau #, etc..)
———————————————————————————————

JETEE de St VALERY EN CAUX

Parfois balayée, par de violantes vagues de noroi, une barre se forme aux musoirs, et l’écume des déferlantes masque l’entrée.
De retour d’Angleterre, nous nous sommes présentés à l’heure d’ ouverture du bassin, dans ces conditions dantesques.
Une poignée de badauds, en bout de jetée, surveillait notre approche depuis un moment, curieux de voir notre audace
Il est vrai qu’il nous a fallu un gros coeur pour se résoudre à affronter les éléments.
Notre « Kareol- 8,90m-Fifty’ a enfourné la vague comme un brave, j’avoue ne plus avoir tout à fait maitrisé la barre, ni évalué vraiment l’embardée entre les musoirs, tellement des trombes d’eau se sont abattues sur le pont, à ce moment!
L’accostage au ponton, bien qu’au bassin, fut également épique, mon équipier ayant fait un plongeon malgré lui en manquant le catway
Résultat: 2 côtes cassées pour lui, et la montre de son grand-père perdue à tout jamais.

Mais nous nous rappellerons toujours les vivas et les bravos de la foule revenue de la jetée.
———————————————————————————————

ESTACADE de FECAMP

Il est des fortunes de mer, qui vous font froid dans le dos…
Entre-autre celle d’ être privé d’hélice ‘moteur’, à l’abord d’un port
En effet, un bruit anormal se faisait entendre depuis Antifer… l’hélice était sortie de sa clavette!
Le chenal d’entrée de Fécamp se fait cependant aisément sous voiles, excepté ce jour et par gros temps
Vent debout, les bords à tirer entre les roches nord et la jetée se sont avérés impossible à tenir, le dernier bord mal négocié me conduisait, inévitablement dans les pieux.
Miraculeusement, un voilier tournant sa sortie de port, est venu à ma hauteur, une remorque ma sauvé du pire.

Je ne saurais jamais vraiment remercier assez mes sauveteurs.
———————————————————————————————

LE HAVRE -PORT JOINVILLE

My home port, pour quelques années, aussi il m’avait toujours semblé être aussi facile, soit d’accès, soit de sortie.
Sauf ce jour, ou j’avais choisi de partir, en attente, au ponton ‘visiteurs’
Ma manoeuvre de départ fut catastrophique en sous-estimant le courant de jusant à cet endroit.
Un dégagement arrière du catway se présentait normalement, mais le flux m’a soudain obligé à renforcer les gazs
en fonction de cela, l’aire n’apparut plus suffisante à tourner un autre voilier à poste…
Sceptique, le propriétaire à son bord surveillait, mon passage
cependant, il ne put empêcher un brutal accostage.

Moralité: trop de confiance en soi, tue la sécurité
——————————————————————————————-

Trip LE HAVRE>>DEAUVILLE

« Au secours, on va mourir, on va se noyer… »
Rien qu’entendre ces cris de détresse du pont, me fit bondir de stupéfaction.
Un trip de 15 miles, par force 4, ne pouvait impressionner à ce point mes équipiers!
C’est pourtant vrai!
Il me fallu beaucoup de psychologie pour les faire revenir à la raison!

La peur ne se maîtrise pas dit-on?
——————————————————————————————-

Trip Le HAVRE–PARIS par LA SEINE

A Rouen, vous ne passez plus…La mâture doit être déposée au passage du tablier des ponts qui suivent…un chantier est heureusement spécialisé (Lozai) en la matière et effectue le stockage jusqu’à votre retour.
Le problème n’est pas là, non plus dans le passage d’écluses innombrables…quoi que:
–Mémo utile: 1-Votre appel VHF à l’éclusier n’est jamais prioritaire/aux bâtiments de commerce. 2-La Brigade fluviale vous interdit la navigation à la nuit tombante (règle) 3-Certaines écluses ne disposent que de bites en rappel à quai, d’où la longueur des aussières nécessaires >20m ! 4-Des pare-battages sont à prévoir plats (Lr>1m) et non pas ronds.
Le passage s’opère généralement accompagné de lourdes péniches et votre petit voilier s’en trouve méchamment ballotté lors de la remise en route de ces monstres dans l’écluse..leurs hélices provoquent de tels remous que les risques sont grands d’être projeté dans les bajoyers!
-Un peu de casse pour mon compte, dans une bassine d’eau bien secouée-
Mais l’ennui majeur est plus loin…dans un port situé à l’ïle de L’Ilon au Km120 (Ecluse de Méricourt) qui est envahi de moustiques, l’été !
Le nuage y est si dense que l’accès aux pontons est à peine visible…Seuls les lampions violets (repoussoir à moustiques) suspendus à tous les bateaux indiquent l’accostage
De sorte que la première nuit y est cruelle sans être doté d’un dispositif ‘anti-moustiques’
:/

Ceci dit le bonheur est total à contourner- l’Île de la Cité à Paris-, de nuit!!!

et, ce récit serait plus long en y ajoutant mes rencontres ‘en Seine’, incroyables: -Un artisan mécanicien isolé, roi du bricolage-à Mare de PoutniK, -Le constructeur d’un bateau depuis 10 ans à Poissy/Seine-, -Un voleur à la roulotte fier de l’être (port d’Asnière/S)- Ce couple divorcé pour qui, chacun vit dans une moitié de leur péniche! (Port de Boulogne/S), etc…
——————————————————————————————-

Arromanches

Qui eut l’idée de se diriger vers cette station côtière du Calvados ? -célèbre par son port artificiel de débarquement-juin 44-
Il n’en reste, à vrai dire, que nombres d’épis bétonnés émergeants–
En fait, c’est sans attirance que mon moteur fut en panne dans ces parages
Sans vent, la houle me portait dessus inévitablement–Un crash mortel s’annonçait imminent….La jauge de gas-oil était à Zéro
En moins de 10 minutes, et la crainte au ventre, il me fallait utiliser mon bidon de réserve
Je vous laisse deviner l’issue fatale…

Si celui-ci eut été vide! (cette précaution est à garder à l’esprit)
——————————————————————————————-

CARENTAN

Je sais, nous sommes là, à l’intérieur des terres Normandes, mais le canal offre un charme particulier (faune & flore)
Seulement la compétition du ‘Tour de France à la voile’ y fait escale
et donc j’eu le bonheur de tirer un concurrent d’un mauvais pas
Dans la brume, ce régatier s’est enlisé-A la vue d »un plongeur dans l’espoir de dégager sa quille, je me suis rapproché-
Mon aide fût la bienvenue, ma remorque eût vite fait de dégager le malheureux

Note: Il me doit toujours, à ce jour, la bouteille de Champagne promise….
——————————————————————————————

ILES St MARCOUF

En fait, une mini croisière de rêve pour des invités à bord
avec la perspective d’un mouillage tranquille entre les iles
Totalement novices, je leurs avait cependant confié le mouillage de l’ancre, à mon signal.
Tout s’est mal passé, car « l’équipier » assigné à cette tâche fut subitement pris d’un malaise ‘décrit comme le mal de mer’
L’ancre fut jetée, comme ils disent, mais en de mauvais fonds.
Sans insister; le retour à GrandCamp-maisy fut décidé

Conclusion: un tour en mer peut vite tourner à un retour immédiat au port (C à dire, tours et contours de malades)
——————————————————————————————–

Charter FECAMP>>JERSEY island

Je me suis proposé à ce périple à l’apparence sans problème
Mes Parisiens ont posés leurs sacs à bord à Fécamp
Nul doute que la croisière s’amuse…
Eh bien non! ce couple , gentils au demeurant, s’avéra vite compliqué
Il s’agit du confort à bord, les deux furent d’une négligence infinie
>>Eparpillement de leurs propres effets n’importe oû–même les serviettes hygiéniques-
>>Vidage du bar du bord en quelques minutes (d’oû complètement HS)
>>Affirmation de leur autorité sur la route à suivre en négligeant les pêcheurs au travail, par exemple…
>>etc
By the end, au ponton, ils m’ont demandé la gare (railway) la plus proche (sic)

Finally, I said them: Le mieux serait que vous preniez l’avion pour Caen airport, ASAP!
——————————————————————————————-

SEUL A BORD

Un beau matin, je me suis décidé à faire route de Camaret vers Guernesey
Je suis sorti du chenal du Four quelque peu en retard sur l’horaire
et je n’atteins Guernesay qu’au petit jour
Pas sans frayeur: un coup de vent de nuit m’a obligé à dégager une écoute de génois coincée, mais la voile s’est subitement déroulée et en m’enveloppant m’a expédié par dessus bord…D’une seule main j’ai attrapé la filière (nul doute que le bato aurait filé seul vers St Malo)

Leçon: J’ai longtemps regretté (et encore aujourd’hui) de ne pas avoir porté un harnais
——————————————————————————————–

LOCTUDY

La tempête de 1999, a laissé des traces dans ce gentil port tranquille
Quelques pontons furent balayés dont le mien
mais, par miracle, aucun dommage à mon « GET AWAY » -Sun Odyssée 32,2-
Je me remémore seulement mon passage à Bénodet et la visite du ponton privé de TABARLY dans l’Odet.

Great moment

——————————————————————————————-

AUDIERNE

et son mouillage forain, où 2 corps morts ne sont pas moins nécessaires à un amarrage secure, pendant 2 semaines.

Ah, le raz de sein, entre La Plate et Le Chat,
Je m’y suis fêlé 2 côtes sur un winch à cause de violentes vagues croisées..
>> Visite du toubib à Camaret avec arrêt médical de 8 jours!
———————————————————————————————

Mare aux canards (entre Hennebon et Lorient)
J’avais invité toute ma famille, sur un ‘plan d’eau’ relativement fermé, donc calme et aux rivages magnifiques..
Si bien que le temps a passé agréablement sans trop se soucier des horaires….de marée basse.
Lorsque je senti un sensible ralentissement du bato…..Pour moi et sans l’avouer, afin d’éviter toute panique, nous avions talonné, au beau milieu, sur un banc de sable.
L’inévitable s’est produit, rapidement le bateau s’est échoué sur le flanc, à plus de 45° de gîte!

Une situation burlesque, pour moi, mais effrayante pour eux!
Leur angoisse était aussi de prendre un train (sncf) de retour à 19 H 00…

 Règle: Les croisières à la voile n’arrivent que rarement à l’heure pile comme les trains.!!
———————————————————————————————

LE CROUESTY

No comment, c’est en quelque sorte la place de l’étoile aux ‘heures de pointe’
A déconseillé formellement, tellement les prix de séjour sont exorbitants
et l’ambiance morose.

——————————————————————————————-

ILE DE GROIX & Les Glénans

Une semaine de playa, aux parfums Bretons
Cependant quelques passes aux Glénans sont sans issue pour fort tirant d’eau (évidemment)

Dès-lors, au fond du goulet, le demi-tour devient problématique
———————————————————————————————

ST PETER PORT

A shiplander face the Habour Services is very capable for any repairing on board
Mon pilote, en panne, as été réparé en 2 coups de cuillère à pot

Marvellous; my thanks for ever…
——————————————————————————————–

MONSTRES MARINS

O. de Kersauson et # récits de marins nous ont déjà parlé du calamar géant…….
Je n’ai bien sûr pas rencontré cet imaginaire céphalopode, mais en plus modeste, j’ai toutefois eu également des visions de choses étranges sur l’horizon
Soit un fourmillement de bestioles que j’avais, à peu près défini, comme étant des souris multicolores faisant la navette d’est en ouest (voir d’ouest en est)


GRAVE? : Un certain stress, ajouté à une grosse fatigue, en fin de voyage, m’ avait tout simplement fait confondre les feux de signalisation d’un câble émergé pour ces maudites petites bêtes.
 (à noter que les falaises d’Etretat dans la brume sont aussi propices à la vision de choses étranges-toutefois à un certain endroit, une tête de lion y est, belle et bien, engravée-)
——————————————————————————————-

QUELQUES MOUILLAGES FORAINS ….

En mer:
On connaît la réputation des plages Normandes où la mer se retire jusqu’à quelques kms des côtes, de Cabourg à Arromanches, Les plages y sont si belles, vastes et plates qu’aucun récifs dangereux en n’interdit l’approche à marée haute, citons Riva-Bella ..seul l’ancrage dans des sables fins et mouvant, pose un petit problème de tranquillité totale…..si l’on ne veut pas avoir la surprise de prendre son petit-déjeuner au beau milieu d’une bahine [seule petite étendue d’eau en forme de cuvette, restant à marée basse]


L’effet de mon navire fût impressionnant -isolé-, dans sa baignoire, au beau milieu d’une mer de sable!

Autre mouillage surprenant « Le Havre » (et somme toute habituel)
La fête sur la plage, au pied Sud-Est de « Sainte-Adresse  » bâtait son plein, nous nous sommes donc rapprochés, comme tant d’autres voiliers déjà agglutinés au meilleur spot de mouillage. Un espace restreint mais possible fût notre choix d’y ‘jeter’ l’ancre…..malheur! après quelque temps, l’évitement s’avéra vite insuffisant pour ne pas se frotter bord à bord avec notre voisin de bâbord, puis de tribord et bis répétita…….
J’appris, à ce moment, que le mouvement des bateaux ne se produit pas de façon totalement synchronisée.
J’en cherche encore la raison!

En rivière.. »La Seine »:
Le phénomène du « Mascaret » (vague déferlante de 1 m à 1,5 m à environ 27 km/h -coeff 90) en amont de « Caudebec » se produit à la rencontre du flot de mer et du courant de Seine.
J’avais donc fait mes calculs pour éviter cette difficulté, d’accoster à Caudebec pour la nuit. (~23h15, heure du Mascaret)
Je pris toute précaution habituelle d’arrimage au ponton (amarre avant, arrière, de pointes etc) et je m’assoupi d’ un oeil……..quant un mouvement brutal du bato m’annonça le phénomène:
Il s’avéra vite qu’aucune amarre ne pouvait tenir–faiblesse des aussières, des bits à quai, et des taquets du bato etc..
Il me fallu luter, à la hâte, au doublement et au changement des ancrages en tout point, et placer mes 2 ancres pour limiter un tangage méchant menaçant d’éclater mes défenses contre le ponton!.
Une belle suée, mémorable (en pyjama), suivie d’une fin de nuit bien méritée.
——————————————————————————————–

DANGER de ‘Voile de nuit’

Après une ballade en mer, qui nous emmena visiter « Etretat et ses falaises », notre retour ne fût que tardif , dans la nuit, à notre Home-port ‘Le Havre’.
Aussi, afin de réduire la navigation de retour, nous avions décider de raser au plus près, le cap de La Hève et suivre la côte pour rejoindre le chenal d’entrée. il se trouve que ‘la Pêche’, sous le cap, au sud, y possède quelque parcs bien marqués, mais dont nous avions malgré tout tenté la traversée .
C’est alors qu’une embarcation arrivant vers nous, à grande allure , et pointant vers nous un puissant projecteur, nous a fait réaliser l’audace de notre route.
Les vents nous étant favorables, nous avons néanmoins, persister.
Mais un coup de feu, nous a soudain effrayé quelque peu: on nous tirait dessus !
Seul, notre virement de cap démonstratif, a calmé l’ agresseur
Qu’on le sache, 24H/24, la surveillance des parcs est constante!


[lol]: Je pense ne pas encore avoir assez insisté sur la solidarité des gens de mer………

——————————————————————————————–

‘Séjour à Cherbourg’

Je n’apprendrai à personne l’impossibilité de se loger au ponton des visiteurs, saturé par la venue de nos amis Anglais, en plein été…aussi il est une astuce que j’ai, par la suite re re-utilisée: Le bassin des pécheurs–dont la porte est close, sauf si vous sachez (correctement) en faire la demande à Mr l’éclusier et avoir la patiente de choisir votre passage derrière un pêcheur!
Ma surprise au bassin, fut de constater, le mooring de quelques voiliers au long cours !

Ceci reste confidentiel, bien sûr.

(et ne tentez surtout pas cette approche à Port-en-Bessin….Où les voiliers ont quelque chose de ‘mal-venus’)
——————————————————————————————–

L’EQUIPIER IDEAL

Difficile à définir…..
Tant son expérience de la voile peut mettre à mal votre égo, s’il s’avère être un expert…
ou, au contraire, devenir un problème en soi, dans le cas d’un super débutant.
Car ce dernier cas peut vite vous plonger dans des difficultés supplémentaires
Par exemple son « aide, avec toute sa bonne volonté », provoque le risque à chaque fois, d’une manoeuvre ratée, aux conséquences inattendues:
-Bouts mal frappés
-Drisses abandonnées au vent
-Noeuds faits à la hâte et indénouables
-Cap mal assuré à la barre
-Règles de nav, mal connues
-et pour finir, le pire: confusion totale dans la manoeuvre de virement de bord!
Qui s’est terminée, pour mon compte, par une grand voile déchirée, le taquet de barre d’écoute ayant été mal positionné.
(Bien sûr, j’étais censé surveiller la manoeuvre mais tout ne peut être conseillé dans l’instant-Mea Culpa-)
——————————————————————————————

Sailing via « LA ROCHELLE » to « ILE de RE »

A noter que le passage sous le pont de l’Ile de Ré, n’est parfois pas aisé…
= courants traversiés, vents changeants etc..
J’ai laissé A mon équipier sa volonté de faire le passage sous voiles avec force 1 (soit 1 nd de vent)
J’eu le loisir de surveiller ses manoeuvres mais, à l’évidence, nous fûmes contraint à longer le pont pendant des heures, sans 1 mile de gain au cap !
L’alternative à rejoindre « St Martin en Ré- on time », m’obligea à lui imposer une route ‘au moteur’
Ce qui fut fait – mais avec une fin de parcours au moteur, à pleine puissance, avec 30 cm d’eau sous le pied de pilote!
In extremis: notre accostage au ponton d’avant port : OUFF!


Finalité: mon équipier a des antécédents de Breton ‘têtu’ —–OK
[moi-même, je suis fier d’être Tourangeaux]

——————————————————————————————

Port du Plomb-L’Houmeau (17)  » Un relevage épique »

Bien que le bateau soit de taille modeste « Corsaire », il ne fallut pas moins de 3 heures à le hisser sur une remorque!
Et lorsque le relevage a lieu à marée basse (par retard), la pose sur remorque ajoute à la difficulté!
Son nouveau propriétaire –et ami, nous avait assuré que la quille était totalement relevable; malheureusement, pas entièrement…des joues de 25 cms restent proéminentes sous la coque
Aussi la puissance du treuil ne put que difficilement, venir à bout d’un passage sur la barre arrière de la remorque…
ce qui a conduit, par suite, à un enfoncement des galets de support -dans la coque-
En soi, un désastre, bien que réparable!

Bienvenue à lui, dans le monde de la voile!!!
——————————————————————————————

La Faute/Mer « Un exercice périlleux »

De retour à mon port d’attache, la marée basse nous interdisait d’accéder aux pontons
Un pieux hors d’eau -parmi tant d’autres- semblait convenir à l’arrimage–
Encore eussse-t-il fallu qu’il soit solide!
Celui, choisi (sic), fût emporté par un courant violant et nous avec…
Un banc de sable, ferme, a heureusement, ralenti notre dérive
Finalité: un échouage quasi horizontal, de notre bato, pour le bien-être de tous!

Rien n’eût plus importance que d’attendre la marée haute–12H + tard–C’est à dire minuit-

..dans la gaieté et la bonne humeur!

——————————————————————————————

« UNE GRANDE PREMIERE »

Nous avons le 30 sept 2012 heurté une balise, marquant précisement des hauts fonds sud de parcs ostréïcoles.
Bravo! comment est-ce possible? par simple faute d’inattention de quelques minutes, alors que notre cap permettait aisément de la dépasser!
Bien évidement, à son hauteur, un courant de reflux ajouté au vent portant et un possible talonnage, nous a porté dessus.
Toute la longueur du liston de l’hiloire porte désormais la trace jaune du frottement.
Une erreur qui me hante encore, bien que sans conséquence grave.
!Dieu soit loué!
Par bonheur cette balise de marque dans le pertuis Charentais, n’était pas vissée sur un massif de rochers (comme c’est couramment le cas, en côtes Bretonnes- ceci me remémore la balise Libenter qui avait dévissé lors de notre atterissage à l’AberWrac’h! twenty years ago)
———————————————————————————————

Récit du ‘Guest à bord’ intitulé « J’aime être un aventurier à la gomme »>

De STÉPHANE COLINEAU
DR
Alain Souchon et son ami Vincent, loueur de bateau à la Trinité- sur- Mer, compagnon chaque été des tours de Bretagne à la voile.
En cet après- midi parisien, il se présente dans la jolie cour intérieure de sa maison de disque, avec un petit quart d’heure de retard. Inélégance de star ? Pas le genre d’Alain Souchon. « J’avais oublié à la maison la photo de moi en mer, j’ai dû retourner la chercher » , s’excuse- t- il, confondant de gentillesse et d’attentions. Avant de répondre à nos questions, l’auteur de Foule sentimentale, 68 ans, en tournée jusqu’en février, ôte son blouson de pluie bleu marine. « Achetée à la Trinité- sur- mer » , souligne- t- il. La Mecque morbihannaise des marins est un peu la sienne. Il y possède une maison, où il a composé plusieurs chansons avec Laurent Voulzy. Son frère Gilles y fut son premier capitaine, pour de courtes sorties dans les années 1970.

Comment avez- vous pris goût pour la voile ?
J’ai commencé la voile parce que je suis trop maigre. Je m’explique : avec ma femme, nous avons une maison à la Trinité- sur- mer. Elle va à la plage avec ses copines. Moi, si vous me mettez un maillot de bain, tout le monde éclate de rire. Donc pour m’occuper, tous les étés depuis 15 ans, je fais le tour de la Bretagne sur un petit voilier, en général un Odyssey. On part huit jours, les paysages sont merveilleux, parfois féeriques. Je suis avec mon copain Vincent, loueur de bateaux, et deux copains d’enfance. L’un est commissaire priseur à Dunkerque, l’autre travaille dans le chauffage près de Blois. À part Vincent, qui est de Saint- Malo, nous étions tous de jeunes bourgeois sympathiques qui passions jusque- là nos vacances dans le Loir- et- Cher.
À part les paysages, qu’estce qui vous plaît tant ?
On est au milieu de l’eau, avec les dauphins, le vent nous pousse. Alors on sort le spi, on tire sur la ficelle, ça défait la gaine et ça se gonfle d’un coup. Cette immensité prise par le vent, j’adore. On a des problèmes pour se diriger, c’est un autre monde. En mer, on est assisté par rien. J’aime bien ça. Attention, hein : je suis de gauche et pour qu’on assiste les gens qui en ont besoin. Mais il ne faut pas perdre de vue que dans la vie, il faut se prendre en main… Et puis il y a l’arrivée dans les villes. En voiture, vous voyez Mobalpa écrit en gros partout. Par le port, on arrive directement au coeur de la cité, avec de vieux bateaux abandonnés sur les quais et des gens heureux attablés aux bars. On débarque et on ne sait pas où on va dîner. On est un peu des aventuriers à la gomme, mais j’aime ça. dingue ! » , on parle du destin ahurissant de Napoléon ou de DSK qui a tout cassé une fois arrivé au sommet. Mais il y a aussi beaucoup de calme. J’ai d’ailleurs remarqué que les filles s’ennuyent sur les bateaux. Ce n’est pas misogyne, elles ne sont faites pour ça. Entre hommes, on peut rester deux heures sans rien dire, abrutis, à fixer je ne sais quoi. Les filles pas tellement.
Les discussions en mer sont- elles les mêmes qu’à terre ?
Non, ça donne un recul d’être en mer. On sait qu’on a la journée devant nous et qu’il ne va rien se passer. Alors on se dit « mais l’antisémitisme, c‘ est quand même
Vous êtes un bon marin ?
Je suis très mauvais. Entre la carte et la réalité, j’ai beaucoup de mal. Une fois, j’ai navigué seul de la Trinité à l’île de Houât, en face. Je connais très bien. Mais, au retour, au bout d’un moment, je me suis rendu compte que j’étais perdu ! Je m’étais trompé. Non, je ne suis pas fait pour ça. Je suis trop inattentif.
Est- ce plus éprouvant que la scène ?
Telle que je la pratique, la voile est un peu physique, par exemple quand on tourne la manivelle du winch. Mais c’est clairement moins éprouvant que la scène, quand on a tendance à gigoter comme moi. Et puis, même s’il y a tout le temps du bruit, je dors très bien sur un bateau. Il faut dire que je prends des trucs pour dormir.
Avez- vous déjà eu une idée de chansons en mer ?
Je prends des notes. Deux ou trois phrases me sont déjà venues en navigant, oui. Mais je les termine à Paris.
Connaissez- vous certains skippers ?
Un jour, je me baladais avec un ami anglais sur le port de la Trinité. Il est passionné par les marins français, car les skippers anglais sont plus plan- plan. On est tombé sur Marc Guillemot. Là, il a failli s’évanouir, l’Anglais ! Comme Guillemot est très gentil, il nous a emmenés sur son bateau. C’est rudimentaire. Une autre fois bien avant, avec Laurent Voulzy, on a croisé Philippe Facque et Loïc Caradec. Ils nous ont emmenés sur leur trimaran, Royale. Le mât était tellement large qu’il suffisait à faire avancer le bateau ! Dingue ! Je croise aussi parfois Florence Arthaud à la Trinité. « Les marins sont souvent des gens extraordinaires de simplicité et de gentillesse. »
Quel thème pourriez- vous aborder dans une chanson sur ces grands marins ?
La solitude. C’est ça, le gros truc. Une fois, le chanteur Antoine est venu dîner à la maison. Il m’a dit que ce qui était merveilleux dans son aventure sur son voilier, c’était d’être seul, parce que cela lui faisait aimer les autres. La solitude donne une qualité aux rapports humains. On en a tous besoin, parce que les autres, c’est parfois trop.
JDD du 04/11/2012
———————————————————————————————

« Heureux qui comme Ulysse.. »

Ou, le don d’endormir l’assistance…
De retour d’un périple sur mon bateau, je racontai à mes amis, au PUB (Le Havre), les péripéties du voyage….Les bocks de bière se succédant, vers 2 H du mat, tous avaient les yeux mi-clos…..
Ils leur eut fallu aimer la mer pour maintenir quelqu’ intérêt.. jusqu’à mon arrivée au port !
———————————————————————————————

« Ecluse de Ouistreham »

On s’y précipite les jours de plein soleil et l’abondance des embarcations rend compliqué l’amarrage
Une toute dernière vedette s’y est présenté ‘in-extremis’ à la fermeture des portes.
Dans son affolement à nous jeter ses aussières, le malchanceux marin a chaviré par-dessus bord !
Un spectacle comique pour tous
Sauf pour le Chef de quai, qui s’est imaginé, de suite, la noyade du malheureux

Revenu à la surface, il ré-apparut tout souriant, de son bain improvisé.
Le désenchantement fût les innombrables chocs de sa vedette -folle-, lancée à pleine allure !
———————————————————————————————

« Poissons reconnaissants »

Même un poisson n’est pas dénué d’intelligence > A la chasse au maquereau, j’avais balancé, un jour par dessus bord, un appât de riz -avec un succès nul..
Cependant un maquereau revint le lendemain, près de mon bateau, à la même heure….
Je lui offrit une miette de poulet
> Tous les jours suivants, il fut présent à l’heure dite
Il ne finit jamais dans mon assiette, par respect !
To my friend ‘Mack’

PS: ~~ Il m’est insupportable de vous joindre ma ‘recette du maquereau au vin blanc’ ~~
——————————————————————————————–

« Une femme à bord -Maria-« 

Sans crainte, sans ‘savoir-faire’ et par audace, elle s’invita au voyage
Mais plutôt qu’une croisière de bronzage sur le pont, les vents se sont levés méchamment
Notre attention à son plaisir eut vite disparu dans les embruns
Ceci est une faute déplorable…si l’on considère que sa vision du plaisir en mer, nous aurait obligé à consulter plus sérieusement la météo marine, et à revenir au port sans la contrainte de nous aider dans les manoeuvres !
Une femme à bord s’est avéré subtil à la survie de tous, par son exigence:
> A mettre les gilets de sécurité
> A s’équiper de harnais
L’amour des uns et notre amour à l’une

☁ Gracias, Maria ❤
———————————————————————————————

« Le nom de mon bateau: Chichcapon »

Mais quelle est l’ origine de ce nom curieux?
Dans les Les Disparus de Saint-Agil (film de Christian Jaque) …Une petite association secrète :  » Les chiche Capon » se crée dans le but de préparer un tout aussi secret projet de départ pour l’Amérique ! L’extension de leur rêve, est évidement de posséder un bateau !
et donc pourquoi pas nommer ce bateau: Le Chichcapon
De plus, Chichcapon a une consonance ‘franglaise’ càd: ‘Chiche Cap On’ -OU: L’audace à tenir le cap vers …
# de l’expression chicken out😀
NB: il ne convenait pas de reprendre le nom inventif original (déposé ?) aussi, l’absence du « e »-
Ce nom a toutefois été repris par d’autres, tel le groupe musical&théâtral, ‘Les Chiche Capon’.

———————————————————————————————

A SUIVRE…mon ex-voto est en cours de réalisation

Commentaires sur: "Récits nautiques" (1)

  1. […] ‎Lire last récit:"le sas de Ouistreham" […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s